2021… Année de tous les records !

Partagez cet article

Bilan des marchés financiers à fin décembre 2021

2021 aura été l’année de tous les records, de tous les excès : places boursières, croissance, inflation et ce, sur un fond anxiogène de crise sanitaire …  Cette année euphorique va devoir retrouver rapidement son point d’équilibre en 2022, au risque sinon de déraper économiquement et socialement…

CAC 40 - Bougies Jour

Feux d’artifices pour les indices boursiers qui, à l’exception de quelques places financières des pays émergents, ont tous battu leurs records de valorisation. Le rallye de fin d’année a bien eu lieu, même avec des volumes de transactions anémiques. L’indice phare parisien a ainsi débordé son record de l’année 2000 et les indices américains ont battu plus de 70 fois leurs records au cours de l’année 2021 ! Les algorithmes ont su être parfaitement à la manœuvre 😉

Performance des indices pour l’année 2021 : Cocorico !

  • CAC 40 :             + 28,8%
  • Euro Stoxx 50 :   + 21,0%
  • DOW Jones :       + 18,7%
  • SP 500 :               + 26,9%
  • Nasdaq :              + 26,6%
  • Hang Seng :        – 14,1%                          
  • Nikkei :                + 4,9%
  • Or (gold) :            – 3,6%

C’est l’indice parisien, le CAC 40, qui a remporté la palme de l’année 2021 avec une hausse annuelle de +28,8%, dividendes non réinvestis…

L’Asie, et plus particulièrement la Chine, n’ont pas bénéficié de la relance des politiques monétaires et budgétaires des pays développés.

La Chine a notamment dû faire face à une grave crise immobilière et à une volonté du parti communiste de réguler les entreprises chinoises par trop libérales …

Conjoncture macroéconomique

Si nous prenons un peu de recul et analysons les places financières depuis la dernière grande crise financière de 2008 (crise des Subprimes), il est impressionnant de constater le parcours de certains indices…

Nasdaq 100 - Bougie annuelle

Vainqueur, toutes catégories confondues, le Nasdaq 100, représentant les entreprises technologiques, essentiellement américaines : +1 525% de hausse en 13 ans ! La crise sanitaire de 2020 a boosté toutes les entreprises gravitant autour du télétravail : fabrication d’ordinateurs, logiciels, cybersécurité, réseaux sociaux, etc. Les fameuses GAFAM (Google, Amazon, Facebook (à présent Meta), Apple, Microsoft) ont vu leurs résultats croître à plus de deux chiffres et leurs cours de bourse suivre le même chemin.

Les 2 dernières bougies vertes (2020 et 2021) montrent au regard de leur taille une décorrélation assez inquiétante par rapport aux années précédentes. Sans nul doute, on peut y lire un excès dans la valorisation des cours de bourse (impact des ETF, algorithmes, mouvements moutonniers des investisseurs, … ) et une possible correction à venir. Au demeurant, le monde de la tech, de l’intelligence artificielle, de la blockchain, de la cybersécurité, des cryptoactifs et NFT (Token non fongible) resteront des enjeux forts pour les prochaines décennies. De plus, ces entreprises disposent de puissantes réserves de cash leur permettant de poursuivre sereinement leurs expansions sauf à devoir subir une décision politique par de nouvelles lois antitrusts américaines afin de promouvoir davantage de concurrence… La Chine s’est ainsi engagée, à sa manière, dans cette voie afin que la toute puissance de certaines entreprises du Web ne viennent pas fragiliser le pouvoir politique en place, quitte à faire fuir (provisoirement) les investisseurs étrangers (-14% en 2021 pour la place financière de Hong Kong).

Nasdaq 100 - Bougie annuelle

Quant aux autres indices majeurs :

  • Le SP 500, qui représentent les 500 plus grosses capitalisations américaines, a tout de même performé de +625 % en 13 ans, tiré principalement par les entreprises du Nasdaq qui figurent au sein du SP500.
  • Le CAC 40 a fait un excellent parcours en 2021 car 2 secteurs majeurs représentent à eux-seuls près de 50% de la valorisation du CAC 40, à savoir l’énergie et le luxe. Vue la hausse exceptionnelle des matières premières et notamment celle du gaz (!), on peut raisonnablement penser que cette hausse des marchés financiers ne sera pas de même nature en 2022 si l’inflation conjoncturelle se résout progressivement comme le prévoit les banquiers centraux. Les valeurs du luxe pourraient au demeurant être encore recherchées l’année prochaine si les Chinois retrouvent leur soif d’investir dans nos produits d’excellence …
  • Hang Seng (Hon Kong), n’a guère était la locomotive tant attendue de l’économie mondiale (+120% en 13 ans). La Chine se heurte aujourd’hui a de nombreuses difficultés économiques et doit faire face, comme tous les pays développés, à la nécessaire transition énergétique d’ici 2050. La banque centrale de Chine continue à injecter des liquidités dans le circuit national et à baisser les taux d’intérêts pour inciter les entreprises et les ménages à s’endetter. Mais les récentes faillites des consortiums immobiliers ont ruiné une part importante de la nouvelle classe moyenne chinoise (~ 1/3 du PIB chinois reposait en 2020 sur le bâtiment !). Et la reprise en main du PCC (Parti Communiste Chinois) de certaines entreprises du Web pour une meilleure distribution des richesses a contribué à la chute spectaculaire des cours de bourses en Chine. C’est sans doute à présent une opportunité pour rentrer sur ce marché …
  • L’or, valeur refuge par excellence, n’a pas été la valeur vedette de l’année 2021. Pourtant, avec des taux obligataires bas, voire négatifs, l’or aurait pu être une belle alternative face à l’inflation et, in fine, aux taux réels négatifs (-6% aux Etats-Unis !). Si l’or n’a pas trouvé son marché en 2021, c’est en raison du soutien extrêmement important et rapide des banques centrales au lendemain de la crise sanitaire… ce qui ne fut pas le cas pour la crise des Subprimes en 2008. Mais ne négligeons pas cette « relique barbare » en 2022. A présent que les principales banques centrales réduisent sensiblement leur soutien monétaire (« Tapering ») et s’engageront mi-2022 vers une remontée des taux d’intérêts pour contrer l’inflation, le marché actions risque d’être un peu délaissé au profit d’autres actifs moins risqués (obligations). Un marché baissier pour les actions et des taux réels négatifs sont deux bons catalyseurs pour que l’or retrouve de l’intérêt. Au 31/12/21, le cours de l’once d’or est à 1.829 USD…
Nasdaq 100 - Bougie annuelle
  • Le dollar enfin est l’autre gagnant de l’année, profitant à plein de la reflation américaine et des perspectives de hausse des taux directeurs de la Fed : il progresse de 7.6% contre euro, à 1.136.

 

AUTRES RECORDS EN 2021...

    • Croissance : Avec un PIB de 6,7% attendu en 2021, il faut remonter aux années 1970 pour retrouver un tel taux de croissance en France. Il est vrai qu’en 2020, la chute fut spectaculaire (-7,9%). Nous sommes donc dans une phase de rattrapage, moindre qu’espérée en raison des différentes vagues des variants du Covid et de la grande pagaille logistique pour l’approvisionnement des entreprises au niveau mondial.

    2022 devrait encore connaître une année de belle croissance en raison de la forte demande des ménages, qui disposent d’une quantité importante d’épargne (160 mds € pour les Français).

Source Zonebourse
  • « L’inflation n’a pas fini d’être le sujet d’actualité majeur pour 2021 et l’année prochaine». Telle était la phrase d’introduction du billet précédent, tant ce sujet est brulant et continuera de l’être pour 2022.

La perception de la hausse des prix n’est pas uniforme entre les ménages qui voient directement le prix des aliments, des loyers ou du gaz augmenter sensiblement et la lecture des banquiers centraux qui se veulent rassurants depuis de début de la crise. Ci-après leurs estimations pour 2022 :

La donne complémentaire pour confirmer une inflation durable sera celle de la hausse ou non des salaires. Elle se manifeste actuellement dans de nombreux secteurs en manque d’effectifs ou pour fidéliser du personnel qualifié. On peut donc craindre que cette inflation perdurât au-delà du mois de janvier 2023 comme semble l’indiquer ces graphes. Mais une inflation n’est pas mauvaise en soi, elle doit simplement être maitrisée. Les banques centrales en ont-elles à présent le pouvoir ? C’est un vrai débat entre économistes…

  • Bilan des banques centrales: Records inégalés tant pour la FED (Banque centrale américaine) que pour la BCE (Banque centrale européenne) :
    • FED : plus de 7.000 milliards de dollars
    • BCE : près de 5.000 milliards d’euros

Et la planche à billets ne va pas s’arrêter en 2022, car après les politiques monétaires accommodantes des banques centrales, nous allons assister à la relance à présent des politiques budgétaires des états :

La relance par la demande va certainement continuer à alimenter durablement l’inflation, par manque de ressources (matières premières / composants) pour faire face immédiatement aux besoins des entreprises et par un déficit de main d’œuvre qualifié (le chômage aux Etats-Unis est à un niveau bas et pour la France, à un niveau d’avant la crise sanitaire …).

EN CONCLUSION

Depuis près de 2 ans, le virus de la Covid-19 a modifié l’équilibre général de nos économies. La relation au monde du travail a été fortement impactée, les entreprises « technos » ont pris une place prépondérante, un désordre logistique a créé une inflation persistante qui va toucher durement les ménages aux faibles revenus. Les retraités, au nombre toujours plus importants en raison du vieillissement de la population, en seront les premières victimes, car il est à craindre que leurs pensions de retraite ne soient guère valorisées à proportion de l’inflation…

Les records boursiers de l’année 2021 vont rentrer dans notre mémoire collective. Souhaitons que 2022 soit également une année faste ! Espérons aussi que les acteurs politiques sauront réduire progressivement les risques de déséquilibre qui se mettent actuellement en place. A défaut, nous pourrions connaître de nouvelles tensions, inévitables sur le plan social. Les prochaines élections en France seront une caisse de résonance et, à ne pas en douter, une source de promesses…

S'inscrire à notre newsletter

Pour ne rater aucune information et conseil sur votre patrimoine !

À découvrir

Vous souhaitez nous faire part de votre projet ?
N’hésitez pas à nous contacter.