GRANDE FIERTE POUR LE CABINET …

Partagez cet article

LC EURO CURATELLE ISR ( FR0014005500)

Belle performance pour notre fonds-sur-mesure « LC Euro Curatelle ISR ».

=> Grand chelem dans sa catégorie « Allocation Equilibrée Monde » : 1er dans chaque quartile, et ce quel que soit la période retenue.

Ce classement (1) réalisé par la société Quantalys compare l’ensemble des fonds éligibles pour tous les contrats en France (comptes-titres, assurance-vie, capi, etc.). C’est un comparateur particulièrement suivi et utilisé par les banques privés et les conseillers en gestion de patrimoine pour sélectionner les fonds susceptibles d’être retenus dans l’allocation des portefeuilles de leurs clients.

Grande fierté donc pour le Cabinet que de faire partie des meilleurs fonds dans sa catégorie. Ainsi, notre fonds se classe 87° sur 1338 fonds ; performance pour ces 30 derniers jours (ici le mois de juin). Un mois particulièrement volatil où toutes les classes d’actifs ont été particulièrement dégradées. Seuls les fonds thématiques relatifs aux matières premières (pétrole, gaz, métaux de base) et aux matières agricoles (blé notamment) ont surperformé le marché depuis le début de l’année. Segments d’investissement incompatibles avec notre label ISR (Investissement Socialement Responsable) …

Humilité oblige, nous n’oublions pas que le fonds présente une performance négative depuis le début de l’année (-8,5%). Cette baisse reste cependant mesurée dans le contexte actuel (cf. l’extrait ci-dessous du « point marché » de la société de gestion Auris Gestion). Elle est le reflet de notre gestion prudente, soucieuse de préserver au maximum le patrimoine financier des personnes investies sur ce fonds (sous curatelle ou non).  Et toute baisse mesurée se rattrape heureusement plus vite qu’un portefeuille fortement dégradé ! Vivement la fin, que nous espérons prochaine, de cette crise financière.

 

Extrait du « Point marché au 30 juin 2022» d’Auris Gestion

(https://www.aurisgestion.com/actualites/point-march%C3%A9)

« En remontant fortement les taux, les banques centrales ont causé une réappréciation de l’intégralité de la courbe des taux provoquant de facto un krach obligataire pas vu depuis 1974, année de choc pétrolier. (…)  Logiquement, la performance des obligations d’entreprises a également été pénalisée. Le crédit Investment Grade (i.e de la meilleure qualité de notation possible) cède 11.2% en Europe et 16.2% aux Etats-Unis quand le haut rendement (High Yield, titres de moindre qualité crédit) perd près de 14% au sein des deux zones !

Ce revirement sur les taux a également provoqué le pire début d’année pour le S&P500 depuis 1962 avec une baisse de 20.6% en 6 mois. Les valeurs de croissance, dont la valorisation est plus sensible aux variations des taux d’intérêt, sous-performent largement. C’est le cas du Nasdaq américain (-30%) ou encore des valeurs du luxe en Europe (-26% pour LVMH). Et les sociétés les plus cycliques sont, quant à elles, pénalisées d’une part par une confiance du consommateur en berne, et d’autre part par les difficultés d’approvisionnement résultant de la guerre en Ukraine et des épisodes de confinements chinois pour lutter contre le Covid.

Ainsi, malgré des portefeuilles diversifiés en matière de classes d’actifs, de zone géographique, ou encore de facteurs de risque (croissance/value) qui favorisent en théorie une décorrélation des rendements, tous les profils d’investisseurs ont enregistré des pertes significatives. Avec cette correction simultanée sur les taux et les actions, on estime que la perte de richesse mondiale avoisine les 31 000 milliards de dollars, du jamais vu historiquement ! »

S'inscrire à notre newsletter

Pour ne rater aucune information et conseil sur votre patrimoine !

À découvrir

Vous souhaitez nous faire part de votre projet ?
N’hésitez pas à nous contacter.