Un couvre-feu sur des braises…

Un couvre-feu sur des braises

Partagez cet article

Bilan des marchés financiers à fin janvier 2021

Après une première semaine « bullish » (bougie verte : +2.80%), dans la continuité de la hausse de la fin d’année 2020, les marchés financiers mondiaux se sont brutalement retournés pour afficher une perte assez sensible pour le mois de janvier (~ -3% pour les actions européennes et dans une moindre mesure ~-2,3% pour les actions américaines). Sur le graphe du CAC 40 (marché parisien), la baisse est de -2,74% et affiche 3 « bougies » rouges pour les 3 dernières semaines du mois.

Marchés financiers à fin janvier 2021
CAC40 - Bougies hebdomadaires

A/ Pourtant les indicateurs macroéconomiques furent plutôt bons ces derniers jours :

  • Hausse de 4% du PIB américain au 4ème trimestre 2020
  • Chute des PIB France / Allemagne / Espagne, mais moins sévère que prévu (-8.3% en France alors que le gouvernement prévoyait -11%)
  • Maintien, voire légères hausses de la confiance des ménages et des entreprises.

L’Union Européenne (UE), première concernée par ces évolutions négatives, est donc dans une situation difficile au regard de ces vaccins (notamment avec les échecs thérapeutiques de Sanofi et de l’Institut Pasteur), maillon-clé pour la sortie de crise et, au-delà, sur ce secteur stratégique qu’est la santé (manque de réactivité / d’anticipation / de préparation / de la capacité de coordonner les volontés de 27 gouvernements ?). On est au cœur de la faiblesse de l’UE sur un sujet très sensible, qui ne va pas améliorer la perception de la zone par ses habitants, les investisseurs et les gouvernements des autres continents.

A l’inverse, les Etats-Unis, contrôlant la production des vaccins, ayant une logistique plus efficace, associés à un recul des contaminations, place le pays en bonne position pour une sortie de crise vers le milieu d’année. On peut compléter ce constat favorable sur l’économie américaine par l’analyse de J. Powels lors du dernier comité Fed (banque centrale américaine) : « l’économie s’est bien adaptée aux restrictions sanitaires et a mieux résiste que prévu ».

  • B/ Les résultats des sociétés américaines continuent à surprendre à la hausse… et confirment le diagnostic de J. Powels :
  • Baisse moindre des PIB
  • Plus fortes révisions des résultats. Sont concernés une nouvelle fois la technologie (14% de plus depuis le 31 décembre), les « services de communication » (Facebook et Google, +6%), la santé (+1%) mais également, et c’est bon signe, deux secteurs typés « value » : les financières (+21% depuis le 31/12) et les mines / matériaux (+6%).
  • La prévision de croissance de résultats pour 2021 est stable mais celle sur 2022 progresse de 0,5% à +16%.
  • Dans le prolongement de ces bonnes nouvelles, les « guidances » (projections) des sociétés pour le premier trimestre 2021 ne sont pas en reste et sont positives à 66%, niveau rarement égalé dans le passé.

 

Ces bons éléments confirment la poursuite de l’amélioration des courbes de bénéfices en 2021 et 2022 :

En conclusion..

Les indicateurs macro vont toujours dans le sens d’un découplage croissant de l’économie mondiale entre le bloc Etats-Unis / Chine / Asie, plutôt revu à la hausse d’un côté et l’Europe de l’autre, globalement décevante. Clairement la rapidité de la vaccination va devenir le marqueur des performances économiques des grandes zones économiques mondiales. L’efficacité de la politique vaccinale américaine et la résilience de cette économie nous rendent confiants sur sa sortie de crise vers le milieu de cette année ; nous maintenons les perspectives favorables sur les actions, notamment internationales au détriment des actions françaises et de la zone euro.

Dis autrement, tant que le couvre-feu sera d’actualité sur le vieux continent, les braises de son économie ne sont pas prêtes à s’embraser …

S'inscrire à notre newsletter

Pour ne rater aucune information et conseil sur votre patrimoine !

À découvrir

Vous souhaitez nous faire part de votre projet ?
N’hésitez pas à nous contacter.